Le triangle dramatique de Karpman en entreprise

Le triangle de Karpman, connu également sous le nom de triangle dramatique, est un triangle représentant les relations entre trois rôles d’un jeu psychologique pernitieux : le Persécuteur – le Sauveur – la Victime.

C’est un jeu qui se joue entre 2 personnes, 3 personnes ou même des groupes de personnes.

Les rôles sont interchangeables et une même personne peut passer du rôle de persécuteur au rôle de victime et inversement, plusieurs fois en une journée.

Naviguer vers :

- Schéma du triangle dramatique de KARPMAN

- De la psychologie familiale aux jeux d'entreprise

- Les rôles classiques du triangle de Karpman dans l'entreprise

- Interprétation des indicateurs du triangle dramatique de Karpman dans le test Assess Manager

- Le triangle de Karpman dans le recrutement

- Les essentiels du triangle dramatique de Karpman en entreprise

 

Schéma du triangle dramatique de KARPMAN

Retrouvez les indicateurs de Karpman dans le rapport ZOOM-ER :

- Retour haut de page

De la psychologie familiale aux jeux d'entreprise

Si ces jeux émanent de constructions qui se mettent en place dès l’enfance, ils se reproduisent en tous lieux : dans le couple, entre amis et aussi dans l’entreprise.

C’est le sujet que nous traitons ici : les jeux relationnels traduits au travers du triangle dramatique de Karpman dans l’entreprise.

Tableau récapitulatif des postures et comportements

 

Posture

Caractéristiques

Communication

Persécuteur

Haute

Tendance à attaquer, donner des ordres. Peut brimer ou donner cette impression, humilier,  et provoquer la rancune. Il considère la « victime » comme inférieure.

Tendance manipulatrice

« Vous pourriez quand même… »

« Vous avez encore oublié… »

Registre de la généralisation, utilisation de superlatifs. Affirmations sans preuve.

Sauveur

Haute

Tendance à apporter une aide inefficace (pêche au lieu d’apprendre à pêcher), crée la passivité par l’assistanat. Peut aussi étouffer.

« Laisse, je vais le faire »

« Si j’étais toi, je ferais… »

« Vous devriez… »

Victime

Basse

Recherche de l’aide et attire à la fois le sauveur pour qu’il le sauve, mais aussi potentiellement le persécuteur pour exister dans son rôle de victime.

A besoin d’attirer l’attention sur soi et peut y parvenir s’il est bien entraîné

« Je vois bien que je ne vais pas y arriver »

« Si au moins il reconnaissait que … »

« De toutes façons… »

« C’est toujours … »

Registre de la généralisation dans la plainte, dévalorisation. Demande sans demander

 

Un jeu est une séquence de transactions qui se déroule selon une formulation récurrente dont certaines illustrations sont énoncées ci-dessus. Le jeu s’opère via des messages cachés, des sous-entendus. La réponse ou riposte signifie que le joueur initial a réussi à accrocher son interlocuteur en le faisant entrer dans la partie, chaque protagoniste va pouvoir jouer son rôle.

Le film « oui mais » est une excellente illustration du triangle dramatique de Karpman, illustré dans un cadre familial. Si l’on en vient aux jeux dans l’entreprise, voici quelques scénarii classiques.

- Retour haut de page

Les rôles classiques du triangle de Karpman dans l'entreprise

"Le patron est un persécuteur, le manager est un sauveur, les salariés de l’équipe sont des victimes !"Le triangle dramatique de Karpman en entreprise

Lorsque le manager porte les objectifs de l’entreprise, il peut alors endosser le rôle de persécuteur, ses collaborateurs se mettent alors en quête de sauveurs. Un cas classique est notamment la recherche de sauveurs auprès du manager, des syndicats ou même en-dehors de l’entreprise, auprès des clients par exemple.

Dans la réalité, les persécuteurs peuvent exister aussi grâce à l’émergence de victimes, habituées à respecter un cadre dans lequel l’autorité incarne le rôle de persécuteur.

Lorsqu’un manager endosse la posture de leader participatif, il peut créer un dérèglement parfois très gênant pour des salariés attachés à leur rôle de victime. En les associant à la réflexion voire la décision, le manager n’offre plus d’opportunités pour se plaindre des décisions puisque ces dernières émaneront d’eux-mêmes.

Les victimes peuvent alors se débattre et reprocheront alors au manager son manque de charisme : il ne sait pas prendre de décisions sans eux, il ne mène pas la barque. Alors l’équipe endosse le rôle de persécuteur, le manager devenant victime. Le patron pourra alors être appelé en sauveur pour nommer un nouveau responsable.

Nous évoluons alors dans un triangle dramatique de groupes et non plus sur un binôme ou trinôme restreint.

Retrouvez les indicateurs de Karpman dans le rapport ZOOM-ER :

- Retour haut de page

Interprétation des indicateurs du triangle dramatique de Karpman dans le test Assess Manager

Dans le rapport ZOOM-ER, vous retrouvez les indicateurs associés à ce triangle.

Ils ont pour but d’identifier une tendance de fonctionnement s’il en existe pour la personne testée.

En présence d’un graphique sans tendance, on pourra conclure que le participant ne semble pas jouer spontanément au triangle dramatique de Karpman.

En revanche, avec un graphique montrant une tendance marquée à la victimisation, on pourra s’alerter d’autant plus si le collaborateur a un poste de manager, lequel doit porter les valeurs et la politique de l’entreprise. Il pourrait avoir des difficultés à motiver les équipes. Il pourra se sentir soudé à l’équipe, se ralliant à leurs plaintes s’il y en a. Il aura des difficultés à créer une solidarité dans l’action travail, et pourra favoriser lala solidarité dans la plainte.

Si la tendance est plus marquée en faveur du sauveur, le manager risque d’être un manager très occupé voire débordé. Si de surcroît l’indicateur « sait dire non » est faible, la probabilité pour que ce manager fasse une partie importante du travail de ses collaborateurs est très grande : il aime aider, et il ne sait pas dire non. Son équipe peut d’ailleurs avoir un niveau de compétences affaibli, le manager ayant besoin de se sentir indispensable.

Lorsque le persécuteur, que nous appelons ici confrontant est fort, le manager renvoie ses équipes à leurs responsabilités et participe au développement de leurs compétences. Nous sommes alors dans un versant positif. Si l’indicateur dépasse 50%, on peut passer d’un manager confrontant vers une tendance perverse, c’est-à-dire vers le vrai persécuteur : potentiellement humiliant et critique non constructif.

Pour confirmer la tendance positive ou négative dans la confrontation, on pourra valider quelques indicateurs complémentaires tels que : l’empathie, le degré de dramatisation (dans la section gestion du stress). On pourra aussi regarder le graphique neurosciences pour voir si le manager est un expert dominant (sens critique souvent très développé).

Si le perfectionnisme est fort, on pourra comprendre que le manager est exigeant et accepte peu de marge d’erreur. S’il est faible, on pourra conclure plus facilement à un jeu plus pervers, même s’il est inconscient.

Ceci est un diagnostic qu’il convient de vérifier bien sûr en entretien. Les résultats d’un test ne peuvent en aucun cas se suffire à eux seuls pour valider une telle information.

Retrouvez les indicateurs de Karpman dans le rapport ZOOM-ER :

- Retour haut de page

Le triangle de Karpman dans le recrutement

Recruter une victime (si la tendance est marquée ; >50%) pour un poste de manager est souvent dangereux. Il conviendra de bien questionner le candidat sur des situations afin de conforter ou invalider le diagnostic. Un profil avec un résultat sauveur très fort ou un confrontant très fort est aussi un point d’alerte.

Si vous accompagnez un groupe en proie à des problématiques de conflits récurrents ou d’ambiance, il peut être intéressant d’utiliser le test afin d’identifier des tendances dans le triangle dramatique. Car parfois, ce sont des groupes entiers qui jouent !

Les essentiels du triangle dramatique de Karpman en entreprise

Mémo :

  • Retrouvez les postures les plus facilement adoptées par une personne dans les résultats du test Assess Manager concernant le triangle de Karpman– un indicateur important qui complète l’analyse de posture du manager (produit ZOOM-ER, page 9)
  • Dans des projets de conduite du changement, identifier en amont les tendances des personnes en présence est très utile pour sortir des jeux relationnels négatifs décrits dans le triangle dramatique de Karpman
  • Dans le test Assess Manager, lorsque confrontant est < à50%, le manager n’est pas dans la persécution mais la responsabilisation. Au-delà, le risque de persécution devient probable.

Liens utiles :